La croisière d'Oanna sur la côte Nord espagnole

 

 

Oanna est un Océanis 300 Biquille relevable de 1994

 

 

A bord, Capitaine Fanch, Robert et Bernadette sont partis d’Hendaye pour San Vicente de la Barquera, via Tina Mayor et retour, du 1er au 15 juin 2015. En voici un récit résumé et illustré, avec quelques extraits du livre de bord – qui n’inclut notamment pas tous les menus, bien qu’alléchants, les apéros aux bars et les pêches miraculeuses

La première étape a mené, (en compagnie des dauphins) au port de pêche de Getaria. Une nuit très calme.

 

 

 C'était pareil le lendemain pour aller – au moteur, du coup – à Lekeitio (photo). Là, amarrage - avec de très longues amarres - face à l’entrée du port, le long du quai des cafés. «Dorénavant, le quai en entrant à droite est réservé aux bateaux de pêche ! »

Appareillage le lendemain 4 juin pour Plentzia. « La marée étant favorable pour entrer dans la rivière, nous recherchons une place. A couple d’une vedette ? Prendre une bouée ? Des pêcheurs nous indiquent une bouée libre pour la nuit avec pendilles. (…) Mais, après la prise de la 1ère bouée, Fanch et Robert constatent que les pendilles posent problème et que ce n’était pas une bonne idée…Il est 18h30. Il aura fallu un peu plus d’une heure pour s’amarrer ! ».

 Au petit matin du 5, l’équipage sort tranquillement de la rivière. Prise de la bouée rouge au mouillage de Plentzia, face à Gorliz Ospitalea, puis montée dans l’annexe pour rejoindre la plage et partir en randonnée par une belle météo jusqu’au cap Villano (criques et surplomb). « En fin de matinée, le vent se lève ainsi que le brouillard qui nous enveloppe et apporte une bonne fraîcheur. Le sentier serpente par les prairies et la forêt d’eucalyptus et de chênes verts ». Arrivée à Armintza puis retour en bus.

 

Samedi 6 juin : départ pour Laredo, accostage à 14 h 30 - capitainerie fermée le we, puis à 18 h direction Santoña (après une recherche infructueuse de pompe à essence aux abords du Club Nautico). Accostage à couple d’un bateau de pêche. Accueil sympa. Il est possible d’y passer la nuit, les pêcheurs ne sortant pas avant le lendemain matin…dixit un local qui accompagne aussi l’équipage à une station d’essence en ville.

 

Départ tôt le lendemain matin pour Tina Mayor en longeant le Mont Buciero au moteur, l’impressionnant Phare del Caballo, implanté au pied des falaises au ras de l’eau, puis celui de la Punta del Pescador. Puis Noja – Cabo de Ajo – Liencres - les grandes plages de sable et les falaises

Passage de Suances « où nous ne ferons pas escale, entrée de la passe déconseillée par trop de houle ».

Entrée « remarquable » dans la ria de Tina Mayor, beaucoup de houle. « Utilisation de l’Ipad dans la passe, impressionnant de précision ! Nous découvrons après l’entrée, des pêcheurs sur la rive, près d’un feu de camp. Grand calme. La forêt nous entoure. On se croirait dans un coin du Canada… ». Puis « amarrage à couple de bateaux de pêche. Minuscule port. Quelques maisons ». Des rencontres… « Nuit agitée. Bruits de moteur, on le savait, mais on ne regrette pas d’être entrés dans cet endroit magique ! Départ 1er bateau minuit, les autres 6 h, heure où nous sortirons difficilement du duvet pour appareiller à notre tour… la marée toujours la marée !!!».

Départ le lendemain au petit matin dans la brume et au moteur pour arriver dans le chenal de San Vicente à marée haute. Mouillage face au petit pont devant le château. L’accès à terre se fera sous le pont, en annexe. Celle-ci sera laissée devant la grille fermée à clé…et nous « passons entre les mailles de la grille…» pour un tour en ville. Retour par marée pas encore trop basse…. les bancs de sable se sont découverts et Oanna est posé tranquille. Le lendemain, 9 juin, journée balade en ville et alentours, avant le nettoyage de la coque les pieds dans l’eau, à marée basse. Pratique !

Mercredi 10 juin, départ pour Santander, sans vent, avec une vue sur les Picos, un peu dégagés. Entrée dans le 1er port situé plein centre ville. Amarrage à l’arrivée au ponton central car pas de ponton d’accueil. Le Real Maritimo Club dira qu’il n’y a pas de place disponible dans le port, qu’elles sont toutes privées. En définitive, l’amarrage se fera sur celle tout à l’entrée du port qui n’est pas sous la responsabilité du surveillant. Il existe un autre port, mais loin, tout au fond.

Le 11 juin, avant de partir, passage au ponton gasoil qui se trouve sous la station essence qui longe la route au carrefour : « le pompiste nous descend le tuyau pour le remplissage puis une boîte pour payer… »

Arrivée à Castro Urdiales (photo) et amarrage au quai  avec de très grandes amarres. La nuit sera calme le long de la jetée, pas de ressac.

 

12 juin : Appareillage matinal pour Elantxobe en passant par le Cap Machichaco puis en traçant sur le Cap Ogoño. Après amarrage le long du quai: « En haut de l’échelle, un nouveau panneau « del Gobierno Vasco »… « prohibido atracar »… mauvaise blague ! Finalement, au moment de l’amarrage, un pêcheur nous propose d’avancer jusqu’à l’échelle suivante et que c’est sans problème pour rester là pour la nuit.… ». Douche froide au club de plongée.

Samedi 13 juin, départ à la marée pour Ondarroa, au moteur en passant par le minuscule port de Ea (Entrée avec l’Ipad et demi-tour). Trop de houle pour aller mouiller face à la plage de Saturraran et y prendre un bain. Accostage à couple devant le joli pont. Peu de bateaux.

Dimanche 14 juin après la balade jusqu’à la pompe à essence sur la route de Mutriku, départ d'Ondarroa (photo) pour San Sébastian.

Dès l'accostage au ponton du port, « le passeur ne traîne pas à venir nous demander d’aller présenter les papiers du bateau au Club Nautique »

Lundi 15 juin : il pleut ! Matinée rangement de fin de croisière. Appareillage pour Hendaye. Accostage au ponton Cmht pour le déchargement du matériel.

Et enfin Oanna retrouve sa bouée de mouillage à Txingudi.

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Derniers articles !

Météo

 

 

 

 

 

Météo Norvégienne