mar.

21

oct.

2014

Réunion technique de samedi 18 octobre

Patrice a répondu à toutes nos questions
Patrice a répondu à toutes nos questions

Samedi, Jean-Michel Barasategui nous accueillait chez lui à Cestas. Une dizaine de courageux a fait le déplacement pour une consultation très particulière avec Patrice Dubois, notre docteur de l'Acana. Il s'agissait de passer en revue tous les malheurs médicaux qui peuvent arriver en bateau. Toute l'après-midi, on a parlé de fractures, de brûlures, d'occlusions gastriques, de corps étrangers dans l'oeil et autres réjouissances.

Patrice avait apporté des malettes d'instruments et autres joujoux. On s'est passé l'otoscope, Dominique et Chantal ont testé une seyante bande de contention et Richard s'est longuement auto diagnostiqué avec le stéthoscope...  La séance pouvait être anxiogène, tant la palette des pathologies et des traumatismes est large et parfois bien rebutante. Mais Patrice l'a bien souligné, il faut de la prévention d'abord! Tout est largement expliqué sur son site http://mhp-noeme.com. Rubrique  "Voyage et santé". Heureusement est venue l'heure de l'apéritif suivi d' un bon repas très convivial comme toujours. A noter que grâce à la séance photo du jour, la rubrique "équipage" du blog s'étoffe peu à peu, avec de nouvelles têtes dans le trombinoscope. Mais il y a encore à faire! Les photos (des marin(e)s et des bateaux) sont bienvenues !

Et pour finir, petite photo souvenir... en attendant la prochaine réunion ! 

0 commentaires

sam.

18

oct.

2014

Croisière estivale de Marsup de Loupiac

Marsup de Loupiac Marsup de  Loupiac attend le bus à Enkhuizen

Après une année au sec, dans un chantier familial de Nieuwpoort, Belgique, Marsup rayonna de joie lorsque, début juillet, il vit arriver son Capitaine et sa Moussaillonne. « Cette année, cap sur le Danemark et la mer Baltique », lui déclarèrent-ils. Deux semaines de préparation plus tard, il larguait les amarres.

Le "charme" du port d'Ijmuiden

Une courte escale à Blankenbergue pour se dégourdir la quille et en avant pour Ijmuiden, une centaine de milles plus au nord. La Moussaillonne appréhendait de croiser le chenal menant à Europoort et Rotterdam. Surtout de nuit ! Elle fut vite rassurée, car, appliquant les recommandations des guides nautiques, elle entra en contact radio avec le ''port control'' d'Europoort dès que le voilier s'engagea dans la ''voie'' réservée aux navires de plaisance. Marsup était identifié, suivi à la trace. L'équipage savait qu'il serait guidé afin d'éviter toute collision fâcheuse. Halte de quelques jours dans le port d' Ijmuiden, à la beauté contestable, le temps d'aller visiter Amsterdam (1 h 30 d'autocar) et de laisser s'ébrouer une petite dépression. Puis, suite de la progression vers le nord, jusqu'à Den Helder. Nous étions fin juillet . C'est alors que tous les beaux projets volèrent en éclats.

Le vent décida qu'il serait plus marrant d'être du nord que du sud et de souffler à pleins poumons. Séduits par le programme, des centaines de nuages bien rebondis s'empressèrent de le rejoindre.

Pendant près d'un mois, la bande de voyous s'adonna au jeu du ''déluge'', ne laissant le soleil apparaître que lorsque la fatigue se faisait sentir.

Dans ces conditions, le Capitaine et la Moussaillonne décidèrent que se balader sur les canaux et les mers intérieures des Pays-Bas serait plus serein. Ils n'avaient pas tort, bien que, parfois, le ''serein'' s'avéra quelque peu sportif, tant les dépressions de passage étaient violentes.

 

Au fil de l'eau, entre Leeuwarden et Dokkum

Naviguer sur les canaux leur permit de découvrir de paisibles villages, de faire escale, à prix modique, au cœur de coquettes cités accueillantes pour les plaisanciers. Les ponts s'ouvrirent systématiquement à leur approche, sans rien avoir à demander. Parfois ils durent attendre une petite heure, c'était le moment de la pause, du déjeuner.

 

Ainsi, de canal en canal, de mer intérieure en mer intérieure, empruntant partiellement la ''route des mâts'', Marsup atteignit Lauwersoog. Les jours se succédaient, tout comme les dépressions. Alors, il prit le chemin inverse pour rallier Ijmuiden, tablant sur un sursaut du beau temps pour pouvoir redescendre tranquillement à la voile jusqu'à Nieuwpoort.

 

Espoir déçu ! Le retour fut sportif-tendance-pénible, le vent dans la proue, la mer bien, bien formée. Fin août, le Capitaine et la Moussaillonne retrouvaient avec soulagement la quiétude de la marina VVW de Nieuwpoort. Quelques jours plus tard, après que Marsup de Loupiac eût rejoint ses copains de chantier à sec, ils sautèrent dans leur automobile et s'en furent vers des lieux plus ensoleillés.

 

Le Danemark, c'est pour l'année prochaine ???? Pas sûr…..

 

 

 

Dominique et André

2 commentaires

lun.

29

sept.

2014

Réunion Technique

Elle aura lieu samedi 18 octobre à 14h30 :
Thème : Médecine à bord  par Patrice Dubois. Et présentation du nouveau site.
Lieu : Chez J.M.Bérasatégui (voir plan en pièce jointe).

L'après-réunion sera du genre auberge basque  Il faut savoir combien de personnes seront là et ce que vous pensez apporter (sucré ou salé).

Délai impératif pour votre réponse : le 10 /10  auprès d'
Alain Berton, notre secrétaire, (alberton@orange.fr)

0 commentaires

sam.

05

juil.

2014

1er Salon Nautique d'Arcachon

Entre les bateaux, sous les bourrasques, heureusement la tente du brocanteur de marine était accueillante
Entre les bateaux, sous les bourrasques, heureusement la tente du brocanteur de marine était accueillante

C'était samedi 26 et dimanche 27 avril. Le salon a été porté sur les fonts baptismaux avec toute l'humidité de rigueur, digne d'un mois de novembre en Bretagne.

Une vrai météo de marin breton, avec averses et bourrasques... du moins pendant notre passage du dimanche matin.

Intérêt: pas trop de foule, on pouvait même s'abriter sans trop se bousculer sous les tentes des exposants ! On pouvait aussi déambuler près des bateaux, admirer les vieux de la vieille et les projets encore sur le papier et même visiter le Blue Djinn sur le quai. Déception: Où étaient les bateaux d'occasion annoncés?

Il faudra peut-être attendre la prochaine édition, avec un peu plus de bouteille...

0 commentaires

sam.

05

juil.

2014

Réunion ACANA

Une réunion technique était programmée ce dimanche 8 juin, chez Christophe et Isabelle à Taussat, avec l'idée de tester "in situ" un radeau de sécurité: du jeté à l'eau jusqu'à la montée à bord des naufragés.

La marée haute de l'après-midi devait faire l'affaire: l'exercice aurait lieu dans le port... avec l'aval des autorités locales

Mais voilà les services portuaires de la mairie, en l'occurrence le capitaine du port, s'est montré assez frileux sur cette affaire, ne voulant pas engager sa responsabilité: même au fond du port, le risque qu'un bateau fasse une fausse manoeuvre en circulant pendant que nous serons à l'eau n'est pas à exclure... "surtout un dimanche en début d'après-midi après un repas bien arrosé !" (sic). Il a fallu trouver un plan B: pas à la plage vu le coefficient ridiculement faible incompatible avec toute notion de simili haute mer mais dans la piscine de Bertrand, un copain de Jean-Luc et Chantal, navigateur de surcroit.

La suite ne fut pas sans surprise: si le canot lancé à l'eau s'est correctement gonflé - à l'endroit de surcroit ! - il n'a pas résisté quand quelqu'un est monté à bord, accrochant sans doute en passant un bouchon et déclenchant le dégonflage quasi immédiat: temps de survie estimé environ trois minutes! Pas le temps de souffrir de la faim et de la soif, de toute façon il n'y avait RIEN à bord ! Si ce n'est une pompe à main pour regonfler les boudins... mais fissurée et donc totalement inopérante.

Pour poursuivre l'expérience, on regonfle le canot à terre, notamment avec la pompe scotchée (NB bien sûr pas celui du bord). Deuxième exercice: Dans la piscine retourner le canot quand il est à l'envers. Opération réussie mais pas évidente et surtout qu'en serait-il en bottes et en ciré avec des creux de tempête et une eau à 15 ° ?. 

Une fois à bord, on s'aperçoit aussi que la bâche zippée qui permet de se protéger n'a pas d'arceau pour la maintenir en hauteur !

La conclusion est connue:

NE MONTER DANS LA  SURVIE  QU' EN DERNIER LIEU, C'EST - A - DIRE QUE SI LE BATEAU COULE ( ou prend feu...) !

 

 

 

0 commentaires

jeu.

03

juil.

2014

Renaissance du site

Peinture fraiche, nouveau port d'attache, remise à flot ...

1 commentaires

Derniers articles !

Météo

 

 

 

 

 

Météo Norvégienne